Le Café des Vallées

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Pétition pour limiter les effluents d'hydrogène sulfuré de Fibre Excellence

Suite aux plaintes de plus en plus nombreuses d’habitants du Saint-Gaudinois, l’association Nature Comminges lance une pétition demandant la limitation de l’émission d’hydrogène sulfuré par l’usine de pâte à papier Fibre Excellence (anciennement Tembec).

Petition.pngInconfort olfactif important, mais aussi parfois gêne respiratoire, sensation d’oppression, irritation nasale et oculaire, nausée et perte d'appétit, les troubles rapportés par les riverains de l’usine Fibre Excellence de Saint-Gaudens sont de plus en plus fréquentes. Suite à ces plaintes, l’Association Nature Comminges pointe certains manquements de l’usine à ses engagements et à la réglementation, et en appelle aux pouvoirs publics et aux citoyens. Il ne s’agit pas d’aller contre l’existence de l’usine, dont chacun s’accorde à reconnaître qu’elle est, dans un contexte économique local à orientation quasi mono-industrielle, une source d’emplois incontournable. Mais elle ne peut continuer à produire qu'en respect des populations et de la réglementation (réglementation française et européenne des installations classées protection de l'environnement, soumises à autorisation, et de surcroît Seveso 2 seuil haut avec astreinte à servitudes).

Reprise en 2010 sous le nom de Fibre Excellence par la société société holding néerlandaise Paper Excellence bv créée pour l'occasion, elle-même appartenant au propriétaire du groupe indonésien Asia Pulp and Paper (dont les pratiques de déforestations en Asie du sud-est sont très controversées), l’usine a pu bénéficier de la tempête de 2009 pour se fournir en bois bon marché. Avec une volonté affichée, à la reprise, d’augmenter la production, et l’utilisation majoritaire de résineux landais, l’usine tourne à plein régime et dégage des bénéfices importants (résultat net de près de 12 millions d’euros au 31 décembre 2010, sur quinze mois), mais aussi... un volume d’hydrogène sulfureux toujours à la hausse.

C’est l’ORAMIP (observatoire régional de l’air en Midi-Pyrénées) qui surveille la qualité de l’air saint-gaudinois, grâce à deux capteurs, l’un situé sur le collège Didier Daurat de Saint-Gaudens, l’autre sur la mairie de Miramont-de-Comminges. Si le dispositif n’est pas parfait, puisqu’il omet le captage du côté de Valentine, et ne couvre donc que partiellement la zone riveraine, il met cependant en évidence l’accroissement considérable de l’émission de H2S par l’usine. Quand Tembec s’était engagé à ne pas dépasser une moyenne annuelle de 2µg par mètre cube (valeur toxicologique de référence en exposition chronique, déterminée par l’exploitant et retenue dans l’étude d’impact sanitaire de mai 2004), cette moyenne a été de 3µg en 2010, soit cinquante pour cent de plus, alors que le respect de cette moyenne annuelle est contractuel par rapport à l’autorisation de fonctionnement accordée par l’Etat ! Et il est d’ores et déjà établi que, si la dynamique reste la même, cette moyenne sera dépassée pour l’année 2011. En effet, les captages de l’ORAMIP montrent des dégagements massifs de H2S en 2011, avec des records en septembre et en octobre.

S’il n’existe dans la législation française aucune réglementation en matière d’émission de H2S, et si le seuil de détection olfactive est de 2 µg/m3, l’OMS (organisation mondiale de la santé) a déterminé un seuil de 7 µg par mètre cube par demi-heure, au-delà duquel la gêne était telle que les personnes exposées se plaignent massivement. Or, l’ORAMIP a relevé tout au long de l’année des dépassements répétés de ces valeurs-guides, avec des pics record en septembre et octobre 2011. Ainsi, le dimanche 2 octobre au matin, les habitants de Miramont-de-Comminges ont-ils dû respirer jusqu’à 180 µg de H2S ! Et ce n’est pas un cas isolé.

De nombreux dysfonctionnement de l’usine ont été relevés par la DREAL et ont fait l’objet d’arrêtés préfectoraux et de trois mises en demeure, en 2010, juin et juillet 2011 (accessibles dans les mairies à toute personne en faisant la demande). Cependant, les mesures correctives demandée sont encore en discussion pour certaines, et donc non encore appliquées, et ce malgré les dates d'échéance passées. Un nouvel arrêté préfectoral avec mise en demeure est attendu, dont le contenu devrait imposer un certain nombre d’améliorations techniques du “process”. Au vu de la situation, inacceptable, cette mise en demeure suscite de vifs espoirs.

Il y a urgence, et c’est pourquoi l’association Nature Comminges en vient à lancer une pétition. Elle a auparavant, et à plusieurs reprises, tenté une démarche amiable tant auprès de l’industriel que d’élus de premier rang, mais n' a pas eu, de son point de vue, l'attention que sa demande légitime aurait mérité recevoir. L’association invite donc tous les citoyens désireux de voir la loi et leur cadre de vie respectés à signer la pétition qu’elle vient de lancer, pétition qui, avec déjà plus de 1000 signatures, montre l’exaspération des habitants du Saint-Gaudinois et leur volonté affirmée de se faire entendre.

La pétition est disponible auprès de l'association, chez quelques commerçants du Saint-Gaudinois, notamment à la Biocoop et à Bio Déco Matériaux, et sur Internet. Si vous désirez participer à notre action, si vous pouvez par exemple imprimer la pétition et la faire circuler, ou si vous en souhaitez des copies papier, merci de contacter : Association Nature Comminges, 48 bis avenue François Miterrand, 31800 Saint-Gaudens, 05 61 95 03 70
contact par mel : info at nature-comminges.asso.fr

Nature Comminges (Café Tiers)

Auteur: Nature Comminges (Café Tiers)

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Envoyer à un ami
chantal chantal  ·  20 octobre 2011, 10:03

Nous sommes situés face à la gare de Saint Gaudens et donc très proche de l'usine Fibre Excellence. Nous avons trop souvent des gênes respiratoires (nez, gorges, sinusites, bronchites). Nous sommes installés depuis 6 ans à Saint Gaudens. Nous venons de la région parisienne et nous n'avions que très rarement ces problèmes respiratoires. Nous nous sommes donc posés des questions. Normalement, avec l'air des Pyrénées, nous aurions dû respirer l'air frais. Malheureusement, c'était sans compter sur la pollution de l'usine qui aujourd'hui nous gâche notre santé. S'il est possible pour L'OMS de faire quelque chose pour les Saint Gaudinois en faisant respecter le taux d'hydrogène sulfureux, nous serions tous heureux de cette initiative et surtout moins souvent malades....

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

aucune annexe



À voir également

Affiche_Lyme_VVSB_16.jpg

LA MALADIE DE LYME, projection-débat, 16 août

Transmise par les tiques et longtemps considérée comme rare, la maladie de Lyme est aujourd’hui en...

Lire la suite

Photo_Arte.jpg

Saint-Martory : Français et migrants dans une série de portraits

Le Centre d'accueil de demandeurs d'asile de Saint-Martory a été créé fin 2015 sur décision de...

Lire la suite