Le Café des Vallées

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

"Par ÉQUITÉ, je prescris la saignée" Dr Dugrip

ÉQUITÉ j'écris ton nom...
        C'est drôle cette idée d'équité par le bas, enlevant des moyens ici pour, en fait, ne pas en donner plus ailleurs, mais juste mettre à niveau ceux qui déjà étaient mal lotis.

        On ne donne pas d'argent, ON REDÉPLOIE donc en calculant au plus juste, inventant des lois qui n'existent pas "JE considère que la présence d'un chef est suffisante". Sans penser jamais que les fonctions ne sont pas identiques et qu'on ne peut remplacer un élément par un autre comme à un jeu de quilles a fortiori une compétence par une compétence différente. Essayez de faire tourner un moteur avec du vinaigre; ça a peut-être la même couleur mais ça ne fait pas l'affaire.  

Comptabilité nationale : le taux ou l'étau ?

        Le REDEPLOIEMENT permet ainsi non pas la meilleure couverture possible, mais une couverture comptable, par tête de pipe (visant ici les demi-portions d'élèves de ST-B) et NON PAR COMPETENCES. Car c'est là tout le vice du système calculette rectoral : n'importe qui peut faire fonction n'importe comment, n'importe où, pourvu que cette présence masque la misère. On fait du TAUX D'ENCADREMENT. Le vulgum pecus sera-t-il dupe longtemps ?

Réponse aux inquiétudes : cachez cette misère que je ne saurais voir
    Le Recteur décide d'ouvrir en lieu et place du poste de CPE un demi-poste d'Assistant d'Education, pour SECONDER le chef d'établissement... On croit cauchemarder. Un demi-poste d'Assistant d'Education, c'est-à-dire même plus un surveillant, lesquels ont disparus depuis belle lurette, comme on le sait, en même temps que leurs fonctions, missions et qualifications, et ce uniquement par mesure budgétaire. Sauf le respect dû à ces personnels précaires, il faut bien déciller les yeux des parents et publics divers : un jeune assistant sans compétence particulière et poursuivant peu ou prou des études ou n'en poursuivant d'ailleurs pas, possèderait-il tout plein de qualités, il n'est pas un fonctionnaire sur concours, spécialisé dans son domaine et certifié pour cela.    
Mais n'est-ce pas là aussi le futur qui pointe son sale petit groin de nivellement puisque les réformes de l'IUFM et de l'Université visent à terme à ne plus certifier les prochains professeurs, les fameux mastérisés "reçus-collés" qui pourront enseigner quand même. Le savoir ne sera sans doute pas en défaut, mais les compétences et la formation pour enseigner, elles, le seront.


Paroles paroles paroles ?
        Ironie du sort, au moment même où des élus se trouvent sur le Pont de St-Béat avec les parents et enseignants, le Recteur confirme que les mesures prises ont bien été ACCEPTÉES PAR LES ÉLUS dans le cadre de l'intérêt général... L'intérêt budgétaire général ? Double-jeu et vrais-faux mensonges d'état, le troupeau, le bas peuple, se sent floué et mené en bateau. Les élus ne devraient-ils pas se positionner et obtenir un droit de réponse ? Y-a-t-il enfin une pensée de l'Education qui puisse s'élaborer hors des comptages à la petite semaine, hors des logiques financières de droite, capitalistes et marchandes ? Y-a-t-il une vision du futur dans la salle ?
    Nous en revenons toujours au peu de cas que bien de ceux qui nous gouvernent font des compétences et des qualifications, à leur ignorance de l'Education, à leur mépris des hommes et femmes qui ont une mission dans l'Ecole et des hommes et femmes qui leur confient l'avenir de leurs enfants.

Démantellement, dément tellement
En fait le Recteur a raison, ce n'est pas le début du démantèlement du collège de St-Béat; mais bien celui de l'Education au plan national, attaquée tous azimuts. En somme, une logique de rouleau compresseur que le monde enseignant refuse à tous niveaux, de la maternelle à l'Université, partout en France.

    Au local, pour voir, on pourrait proposer une vaste opération de remplacement sur le canton, échangeant sauf leur respect, les médecins de St-Béat contre le boucher, les pharmaciens contre le jardinier et ainsi de suite jusqu'à trouver un juste équilibre et une ÉQUITÉ comptable avec les grandes Villes, dans l'intérêt général.


Voici quelques extraits de l'entretien dont la DÉPÊCHE a eu la primeur :

"Saint-Béat : le recteur ouvre un demi-poste d'assistant d'éducation

    Depuis l'annonce de la suppression du poste de CPE (conseiller principal d'éducation) au collège à la rentrée prochaine, la mobilisation est forte ./. une fermeture administrative du collège. ./. le recteur d'académie, Olivier Dugrip a décidé d'intervenir ./.

  • Pourquoi supprimer le poste de CPE
J'ai décidé de mettre en place un redéploiement des postes de CPE afin de permettre d'assurer une plus grande équité de traitement. Nous avons une répartition inégale, des établissements sous encadrés, d'autres sur encadrés.

  • Cela concerne combien de postes ?
La décision concerne tous les établissements de moins de 150 élèves, soit six postes. Je considère que, dans ces établissements, la présence d'un chef d'établissement est suffisante pour assurer l'encadrement.
Aujourd'hui, les taux d'encadrement sont les suivants : à Cazaubon (32), un principal, un CPE pour 88 élèves, à Saint-Béat un principal un CPE pour 119 élèves. Dans le même temps il y a un adulte pour 272 élèves à Carbonne et un adulte pour 262 élèves à Aussonne. On voit la disparité. C'est une mesure d'équité. Même avec un seul adulte, le taux d'encadrement reste plus favorable à Saint-Béat. Les parents d'élèves ne peuvent être considérés mal traités.
Ces mesures ont été présentées aux élus. Elles ont été comprises dans le cadre de l'intérêt général.

  • Beaucoup craignent que ce ne soit le début du démantèlement du collège.
    Il n'a jamais été envisagé de fermer le collège. Cela relèverait de la compétence partagée du conseil général et de l'inspection d'académie. Avec l'inspecteur d'Académie je suis désireux de répondre aux inquiétudes. Pour avoir une vie scolaire organisée, dans des conditions satisfaisantes nous allons implanter un demi-poste d'assistant d'éducation à la rentrée. Il viendra seconder le principal sur les problèmes de vie scolaire.

  • Le collège sera-t-il ouvert lundi ?
    Je souhaite que le collège retrouve calme et sérénité, que le blocage et l'occupation cessent. L'ouverture de l'établissement ne sera envisagée que lorsqu'il pourra fonctionner de manière normale. S'il faut attendre la réunion de lundi soir on attendra lundi soir. Les réactions sur place m'ont paru disproportionnées. On ne m'a pas demandé de rendez-vous, d'audience où j'aurais pu donner ces informations ».

Texte et *extraits, Martin Pech
La Dépêche.fr Publié le 28/03/2009 10:26 | Recueilli par Jean-Jacques Dard
CafDv

Auteur: CafDv

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Envoyer à un ami
pene-r pene-r  ·  29 mars 2009, 23:48

du recteur:
"Pour avoir une vie scolaire organisée, dans des conditions satisfaisantes nous allons implanter un demi-poste d'assistant d'éducation à la rentrée."

Donc si je m'en tiens à ce que dit ce Mr, la suppression du CPE ne permettait pas d'organiser la vie scolaire de façon satisfaisante. C'est bien de le reconnaître et d'en avoir conscience.

Toujours du recteur:
"Même avec un seul adulte, le taux d'encadrement reste plus favorable à Saint-Béat"
Ben pourquoi rajouter le demi poste alors ??
Mr le recteur rétabli de l'inéquité. Pas bien ça !! Pas cohérent non plus.

presidente de l association des parents d eleves du gcollege du thoré 81270 presidente de l association des parents d eleves du gcollege du thoré 81270  ·  31 mars 2009, 08:37

comme vous nous venons d apprendre la suppression du poste de CPE,de notre établissement mais de même la suppression d une classe pour information nous avons subis la fermeture d une classe pour cette année .et la nous disons stop!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

aucune annexe



À voir également

Ca bouge à Bagatelle / jeudi 17 janvier de 15h à 17h

Il y a un mouvement des professeurs de Bagatelle jeudi de 15h à 17h devant le lycée. Les parents qui...

Lire la suite