[Gilets jaunes] Quelques réflexions personnelles de Néou Vielle à cette étape du mouvement

26-janvier-2019-pendant-le-grand-debat-la-revolte-continue-813x1024.jpg1 Aucun pouvoir ou organisation d’État, république, démocratie, dictature, ou royauté … ne s’est installée autrement que par la violence, le plus souvent d’une minorité. La révolution française de 1789, les mouvements dits non-violents (comme en Inde avec Gandhi), n’échappent pas à cette règle, et les « Black-Blocs » ou autres « ZAD » de l’époque y ont aussi joué leur rôle, comme partie du peuple en colère, au milieu d’autres révolutionnaires plus ou moins « pacifiques » : faut-il vraiment distribuer des bons et des mauvais points ? Dénigrer leurs modes d’action ?

On peut être non-violents (c’est notre cas) sans se croire obligés de dénigrer les actions des autres. La violence n’est pas en soi illégitime (mais elle peut parfois s’exprimer de façon inopportune, bien sûr, de même que la non-violence d’ailleurs … tout est question du moment). Les très minoritaires riches et financiers qui nous gouvernent ne partiront pas par la seule volonté du Saint-Esprit, le rappel de quelques-uns de leurs massacres lors de la dernière AG le montre bien !

2 La liberté : on veut la liberté des humains, tous les humains, même ceux qui ne sont pas français ; sinon, que veut dire une solidarité qui ne serait réservée qu’à une partie de l’humanité, nous seulement ? On se comporterait finalement comme ceux qui nous gouvernent. Et en plus, ils s’en servent pour nous diviser : tant qu’on croit résoudre nos problèmes en nous opposant aux immigrés, les riches (qui sont la cause de notre misère, et aussi de celle des autres peuples) peuvent dormir tranquilles. Parler de l’immigration est le jeu du gouvernement : diviser pour mieux régner. Dans la même situation que ceux qui sont contraints à s’exiler, nous ferions sans doute la même chose !! Ce sont aussi nos frères humains !

La liberté de circuler, est avant tout pour l’humanité, pas pour les marchandises et objets, non ?

Et donc, bloquer en période de luttes (pas éternellement bien sûr), ce n’est pas un crime !

Les blocages, ça n’a pas plu à tout le monde ? Oui, mais la révolution de 1789 non plus !

3 Les revendications : ce n’est pas n’importe quoi, il y a des AG et commissions pour en parler, et on peut résumer en parlant de justice sociale, égalité, services publics, écologie, libertés, contre la corruption et donc contre le système de la finance toute puissante.

Est-ce vraiment impossible de travailler ensemble sur ces quelques bases ? Le RIC, le départ de Macron, ne sont que des moyens nécessaires, pas un but en soi … et on ne lutterait pour rien d’autre (simplement lobbies et corruption et le ric) sous prétexte de ne pas se diviser ? Mais alors, quel monde voulons-nous ? Question sans réponse ? Alors, on va droit dans le mur !

4 Les cabanes sur le bord des routes certains pensent que c’est la fête là. Et que ça fait ZAD …

Les ZAD nous ont montré l’exemple en matière de lutte contre les pollutions, non ? Donc, d’accord pour ne pas brûler des pneus si possible, pour éviter les Leclerc et faire travailler les petits commerçants … mais chacun de nous a sa part de « complicité » dans le système, et il est juste que chacun de nous essaye de transformer le mieux possible ses modes de vie. Et la fête, le carnaval, c’est sympa …

5 Les partis et organisations : juste pour préciser que ne faisant partie d’aucun, on n’en parle même pas, on se bat pour un monde et un système libre, juste, fraternel, … Enfin, on essaye, pas pour une organisation de partis ou de groupes d’intérêts . Quant aux chants des manifs, on ne voit pas en quoi ils excluraient les uns ou les autres, à moins d’être sectaires … et donc on entend parfois Bella ciao, la Marseillaise, le Chant des partisans, le Chant du Comminges, l’Internationale, ou Nadau … et ce mélange nous permet aussi de nous connaître.

6 Et puis, on se bat aussi avec tous ceux dans les Gilets jaunes, ou ailleurs, avec lesquels on n’est pas d’accord sur tout … du moment qu’on veut une société solidaire et fraternelle. Oui aux compromis, oui à l’écoute de ceux qui ne partagent pas , ou seulement en partie, nos positions.

On sait que c’est pour tous un moment de fatigue, difficile, mais ce n’est vraiment pas le moment de lâcher, de laisser Macron et sa bande gagner !

Continuons la lutte, conscients de ne pas être tous pareils, mais qu’il nous faut apprendre à être ensemble ! Et que vivent les Gilets jaunes du Comminges et d’ailleurs !

Néou Vielle (Café Tiers)

Author: Néou Vielle (Café Tiers)

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés


Aucune annexe



À voir également

Loi anti-casseurs.jpg

Communiqué des Gilets jaunes de Saint-Gaudens et du Comminges

Nous, Gilets jaunes de Saint-Gaudens et du Comminges, citoyens non-violents, responsables et...

Lire la suite